JOSEPHINE, CHRISTOPHE, TYRION ET LES AUTRES

Ce lundi, Joséphine est venue en aide à Christophe.

Joséphine ? Oui, vous savez, « Joséphine Ange gardien ». La série de TF1.

Bon, je vous le dit tout de suite, je n’ai pas eu la force de regarder ce coup-ci.

Rien qu’en lisant le résumé de l’épisode et notamment ce passage savoureux, je me suis sentie mal :

« Christophe Giovanni n’est prêt à faire aucun effort. Il a la sensation que sa vie s’est arrêtée le jour où il a été accidenté. Joséphine doit le convaincre qu’il a une famille qui l’aime et un travail qui le passionne. Il a encore de beaux jours à vivre. Sa mission est loin d’être évidente… »

En revanche, en réfléchissant à cette série et à cet épisode qui s’annonçait comme une véritable perle, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : en France, nous avons toujours « Joséphine Ange gardien » qui enchante TF1 depuis 1997.

Comme son nom l’indique, elle n’appartient pas à la réalité. C’est un ange donc bien que ce soit apparemment une femme, en réalité elle n’est pas sexuée, n’a pas de relation sentimentales et sexuelles, ne bois pas, ne fume pas (ne se drogue pas non plus, évidemment) et a des pouvoirs magiques qui lui permettent de faire le bien sur terre.

Josephine ange

Nous avons aussi, sur France 2 (service public de qualité) les personnages de Fort Boyard, qui ne sont pas plus réalistes que Joséphine, et n’ont même pas de prénoms dignes de ce nom, puisque l’un s’appelle « Passe-Partout » et l’autre « Passe-Muraille » (oui, on n’arrête pas l’imagination décadente, pardon, débordante des créateurs de jeux idiots).

Passe-partout & Passe-muraille

Ils sont donc clairement déshumanisés et assimilés à des objets dans un programme destiné entre autres aux enfants, sans que cela ne pose problème (et venez nous parlez après de respect, changement regard, toussa, toussa).

Aux Etats-Unis, j’imagine que la situation est loin d’être parfaite, mais ils ont quand même Peter Dinklage, qui joue un vrai rôle majeur (celui de Tyron Lannister) dans une série à grand succès, qu’il faut habiter la planète mars pour ne pas connaître au moins de nom, à savoir Game Of Thrones.

tyrion

La distance entre les deux est, comment dire… abyssale.

Malgré cela, lors d’une conférence organisée il y a quelques années par une association de femmes handicapées, j’ai entendu une membre du CSA, en l’occurrence Françoise Laborde, pour ne pas la citer, se féliciter de la situation et citer « Joséphine Ange gardien » comme un exemple satisfaisant de représentation de ce que certains aiment appeler « la diversité » à la télé avant de se faire rapidement rabrouer par l’assistance.

Tout ceci m’a rappelé qu’il y a quelques années, j’ai vu un petit film indépendant américain intitulé « ça tourne a Manhanttan » (Living in Oblivion en VO) dont une scène m’avait fait beaucoup rire et fortement marquée.

Il s’agissait, drôle de hasard, de l’une des premières apparitions de Peter Dinklage dans une séquence géniale qui résume parfaitement le problème.

Ici, la réflexion concerne les représentations des personnes de petite taille, mais elle s’applique évidemment aux représentations dans les fictions de toutes des personnes considérées comme (attention méga guillemets) « différentes » de la moyenne selon les critères dominants.

Publicités