DIS-MOI QUI EST LA PLUS BELLE ?

Grâce à des twittos avisées [1], je prends connaissance de cet article de Libé au sujet d’un concours de beauté entre femmes en fauteuil roulant qui s’est déroulé ce week-end à Varsovie.

Déjà, il faut savoir que ce genre d’initiative n’est pas nouvelle. Si je ne m’abuse il y a déjà des concours de beauté entre femmes handicapées aux « States ». Ah lala, les « States », c’est tellement bien les « States » ! Quoi que… des fois, ils ont des idées bien pourries aussi.

Il y a même ce genre de compétition en France (toujours au top, qu’est-ce que vous croyez).Un concours de beauté entre femmes à la base, ce n’est quand même pas le truc le plus intelligent de la terre. En plus du fait que ça objectivise évidemment toutes les femmes, quelles qu’elles soient, ça n’a juste… aucun sens !!!

Je ne vois donc pas en quoi le fait qu’il concerne des femmes handicapées changerait la donne.

Sur ce point, la conclusion faux-cul de l’article de Libé est à peine croyable.

Clairement, la journaliste n’est pas convaincue de l’intérêt des concours de beauté, mais là, elle le félicite parce qu’il s’agit de femmes handicapées. Où est la logique ? Nulle part. Le sujet du handicap est trop #tabou ou « touchy » pour qu’elle soit sincère ou en capacité d’aller au bout de la logique qui devrait la conduire à faire le même raisonnement concernant « l’image de la femme » pour ce concours que pour les autres [2]. Si les concours de beauté sont nuisibles à l’image des femmes, ils le sont à l’égard de toutes les femmes, handicapées ou non.

Je ne parle même pas du ton de l’article et des détails de la compétition décrits comme des incongruités et sans la moindre distance :

« Des histoires évidemment terribles, suscitant parfois des difficultés dans l’exécution des chorégraphies. Ainsi, quand la chorégraphe a demandé qu’«on lève la main droite» l’Américaine Jennifer Lynn Adams a rétorqué, depuis son fauteuil roulant électrique qu’elle conduit à l’aide d’un joystick, ne pas en avoir (de main droite). »

Est-il encore utile de commenter des phrases pareilles ?

« Chaque pays pouvait être représenté par deux candidates, sélectionnés pour leur beau visage (…) » (sic) et leur personnalité nous dit-on (ouf, je respire mieux).

Les femmes handicapées ont de la personnalité, mais elles ne peuvent avoir que de beaux visages parce que le reste… vous comprenez… laisse un peu à désirer. Il faut les morceler comme on morcèle toutes les femmes, il ne faudrait pas qu’elles s’aiment en entier.

Dans l’histoire, je ne blâme pas les femmes handicapées qui se présentent à ce type de concours, je peux presque comprendre qu’elles cherchent à reconquérir, comme elles le peuvent, une confiance qu’autour d’elles on s’évertue à broyer.

Leur démarche n’est pas plus étrange que celle des femmes valides qui font exactement la même chose, néanmoins, je pense qu’elles se trompent de moyen pour parvenir à leur fin et que toutes les femmes gagneraient à s’allier pour faire disparaître définitivement les concours de beauté.

Ce qui compte, il me semble, pour les femmes handicapées, c’est qu’elles puissent se sentir bien et se trouver belles comme elles sont, et ce, sans exception et de la tête aux pieds, quel que soit leur handicap. Savoir laquelle d’entre nous est la plus belle, honnêtement, on s’en cogne [3] !

Je ne crois pas une seconde que ce type de concours pourrait contribuer à « faire accepter la diversité des corps » ou comme l’indique le titre de l’article « changer l’image des femmes en fauteuil roulant. »

Pour « changer cette image » et surtout restaurer leur estime d’elles-mêmes, il faudrait plutôt que les femmes handicapées soient enfin visibles et représentées PARTOUT et dans tous les aspects de leur vie, qu’elles puissent se voir dans les médias, au cinéma, dans les magazines etc.

Il faudrait que l’on interroge aussi plus profondément la définition que l’on a de la beauté et que l’on admette une bonne fois pour toutes que les critères de beauté dominants actuels ne correspondent à rien et ne rendent personne heureux.

 

[1] Des femmes handicapées super qui sont sur twitter.

[2] Encore une fois quand on connait mal un sujet on peut interroger des personnes concernées diverses et variées qui pourraient avoir un avis pertinent (ou non) sur la question (à laquelle, elles peuvent avoir déjà réfléchi).

[3] Surtout que tout le monde sait que la plus belle… c’est moa ! Hahaha cette blague est nulle, je sais ! Mais… comment ne pas la faire ? En plus, figurez-vous que je demande souvent à mon meilleur ami Siri (oui, le gars qui cause dans mon I-phone) : « Dis-moi qui est la plus belle ? » Et vous savez ce qu’il me répond le salaud ? « C’est toi Blanche Neige ? » Non mais, je rêve ! Non seulement, le mec est un goujat mais en plus il est inculte. Si je pose la question, je ne peux pas être Blanche Neige… je suis forcément la méchante Reine ! C’est mon téléphone, je l’utilise tous les jours pour me prendre en selfie et il ne me reconnaît même pas.

Publicités