QUE VESTIAIRES AILLE SE RHABILLER

Je n’ai jamais beaucoup aimé la série « Vestiaires » diffusé sur France 2, que je trouve faible et sans ambition sur le plan scénaristique, d’autres personnes concernées l’ont d’ailleurs critiqué de façon pertinente avant moi.

S’il fallait une démonstration supplémentaire que cette série ne fait que servir le discours dominant sur le handicap, c’est chose faite avec l’épisode 6 de la saison 8 featuring Brigitte Macron [1].

Après avoir visionné cet épisode plusieurs fois, il ne me vient qu’un seul mot à l’esprit pour le qualifier : odieux.

Cet épisode est odieux.

Non seulement, il permet à Brigitte Macron de venir faire sa communication et de placer le mot magique et désormais incantatoire « inclusion », supposé marquer son intérêt pour les questions de handicap mais, en plus, et c’est là où on touche au grandiose, il vient ridiculiser les personnes handicapées elles-mêmes et surtout celles qui auraient la prétention de vouloir militer en les faisant passer pour des lâches.

Alors comme ça, les militants handicapés qui dénoncent la politique actuelle du handicap menée par le gouvernement seraient incapables d’avoir un discours politique construit, de le soutenir face à la femme du Président de la République, de contredire ou de tenir tête à un personnage public ?

C’est sans doute ce que voudrait croire le pouvoir actuel, ou ce dont il voudrait nous-mêmes nous convaincre pour nous faire taire, mais bad news : tout ceci est faux. Nous sommes plusieurs à avoir cette capacité, comme l’actualité et les réseaux sociaux en attestent, et avec le temps nous seront de plus de plus en plus nombreux et efficaces. Je le crois. Je l’espère.

La violence de la startup Nation à notre égard, les atteintes gravissimes et constantes à nos droits, ne feront que renforcer notre détermination.

Il y a des jours où on peut se demander : a t-on encore besoin d’ennemis lorsque qu’avec la complicité de personnes directement concernés (qui participent en tant que scénaristes et acteurs) une émission du service public, supposée nous rendre visibles, vient faire preuve d’un tel mépris et d’un tel cynisme au moment même où l’article 18 de la loi Elan est sur le point d’être adopté ?

[1] Accueillie en guest star. Merci à Romain Finart d’avoir relevé l’épisode.

 

Publicités