COM’ DE CRISE

Avec cet article « bouleversant » paru le 22 octobre dans le magazine ELLE, est-ce qu’on ne toucherait pas un peu le fond ? C’est quoi ce timing ? Est-ce que cet article est supposé faire passer la Loi ELAN et le désastre de la politique menée[1] ?

Capture du titre de l'article avec photo couleur de Mme Cluzel et sa fille : "Au début, les amis éclatent en sanglots dans vos bras » : le témoignage bouleversant de Sophie Cluzel sur sa fille trisomique"

 

Mais quel malaise !

Autant je n’ai rien contre le fait que chacun raconte son expérience, même s’il serait grand temps de donner la parole aux adultes handicapés plutôt que de privilégier constamment le storytelling des parents (on l’a assez entendu @ELLEfrance pour info).

Autant, il faut arrêtez de se moquer du monde. Madame Sophie Cluzel est actuellement en poste, en responsabilités ! Elle mène avec le gouvernement et sa majorité une politique catastrophique à l’égard des personne handicapées, dénoncée de toutes parts.

Face à un article pareil on est donc en droit de se demander où commencent la manipulation et l’instrumentalisation.

Au passage, bravo pour les poncifs de rigueur et l’aveu inutile de la journaliste de ELLE qui n’a pas pu résister à l’envie – irrépressible[2] – de faire part de sa « terreur d’avoir un enfant handicapé.  »

Capture de la question de la journaliste de ELLE. "Je suis gênée de vous l'avouer : quand j'étais enceinte (il y a dix-sept ans), ma terreur était d'avoir un enfant handicapé. Je ne crois pas être la seule. Cela vous choque ?"

Je vous le dis tout de go : le storytelling de Madame Cluzel n’est pas super original. Il est le même que celui de TOUS les parents d’enfants handicapés : « comment j’ai survécu à la naissance de mon enfant handicapé » (qualifié pudiquement de « pépin » en l’espèce).

Mais là ou c’est bien joué (toute en finesse) c’est qu’elle en profite – évidemment – pour nous vendre au passage le couple Macron et… sa politique en matière de handicap.

Capture de la question et de la réponse : " Quand croisez-vous la route d' Emmanuel Macron pour la première fois ?"

J’ai un faible pour cette question :

Capture question et réponse. ELLE : Souffre-t-elle de sa différence ? Sophie Cluzel: Globalement non. Elle a des moments de blues, comme tout le monde. Parfois elle dit : « J'en ai marre, j'y arriverai jamais. » Mais elle est bien dans sa peau et elle a une bonne image d'elle, tout en étant consciente de ses difficultés. Cela fait partie du travail d'accompagnement : leur faire accepter d'être aidés."

Ne pensez-vous pas ELLE qu’il s’agit d’une question à poser à la fille de Madame Cluzel, plutôt qu’à Madame Cluzel qui n’hésite pas à répondre à sa place ? Je rêve…

Ah là, là… vivement qu’on sorte nos bouquins nous aussi, pour pouvoir expliquer comment on a survécu à certains parents…

 

 

[1] Je remarque que, parallèlement, on nous dit que « Macron maigrit à vue d’œil. » Aurait-on a décidé à En Marche de contre attaquer cette semaine en jouant l’émotion ? Sortez vos mouchoirs.

[2] On ne se lassera jamais, lorsque l’on est handicapé.e (ou parents d’enfants handicapés), de ces personnes valides qui ne peuvent pas s’empêcher de venir vous dire ce qu’ils ressentent intérieurement dans leur être profond à votre approche, quand ils ne vous posent pas de questions déplacées. Leurs sorties de route commencent toujours par de fausses précautions d’usage : « je suis gêné.e », « je ne voudrais pas être trop curieux.se, mais… » ou « je m’excuse par avance, mais… » Un conseil, si vous êtes gêné.e aux entournures en général, il y a des chances que votre remarque ou votre question pue et ne vaille pas la peine d’être rendue publique.

Publicités