IL ETAIT UNE FOIS… LA PETITE SIRENE

Puisque les réseaux sociaux ont l’air de se passionner pour La Petite Sirène en ce moment, laisser-moi vous donner ma version de cet affreux conte.

Ma version sous le prisme hétéro-valido-patriarcalo-rigolo.

Il était une fois, une Sirène qui rencontre un Prince en le sauvant de la noyade un soir de tempête.

Illustration du conte par Bertall : dessin noir et blanc qui représente La Petite Sirène au chevet du Prince qu’elle vient de sauver et de ramener sur la plage.

Illustration du conte par Bertall.

Elle tombe raide dingue amoureuse de lui mais problemo : elle ne peut pas le pécho. Avec sa queue de poisson elle ne peut pas aller sur la terre ferme pour le…. charmer.

Dans le monde –valide- du Prince la petite sirène a donc un handicap : sa queue de poisson.

Pour trouver une solution, elle va consulter la sorcière qui lui propose un deal : lui remplacer sa queue de poisson par deux jambes pour qu’elle puisse aller séduire le Prince. En échange, la sorcière prend sa voix [1] (le prix à payer pour le make-over).

Petits détails importants…

1/ Le procédé de la sorcière n’étant pas super au point : La Petite Sirène aura des jambes mais marcher lui fera atrocement mal.

2/ Elle a un délai pour choper le Prince et doit faire rapidos sinon elle perd la vie.

Notez que La Petite Sirène s’est fait un peu carotte par la sorcière, arnaqueuse de génie, qui lui vend en solde deux handicaps au lieu d’un…

La Petite Sirène se retrouve donc sur la terre ferme avec deux handicaps, elle a des douleurs quand elle marche et elle est muette, et une mission (impossible) : se faire épouser par le Prince fissa.

Sans surprise, et vu le délai méga short, elle n’arrive pas à choper le Prince. Spoiler : comme tous les Princes c’est un con et il ne la calcule pas.

Pourquoi s’intéressait-il à une fille qui fait une drôle de tête quand elle fait deux mètres (elle a mal) et qui ne peut pas parler, franchement ?

La Petite Sirène est une femme handicapée donc invisible pour lui, Prince valide. Il ne sait pas que c’est elle qui lui a sauvé la vie, elle dont il rêve secrètement la nuit, et elle ne peut pas le lui dire.

La Petite Sirène ne parvient pas à trouver un moyen de communiquer avec le Prince [2]. Mon avis : le gars n’y met pas du sien non plus. Il la traite comme une gentille gamine. Normal, elle est handicapée.

Le Prince annonce in fine son mariage avec une autre (sortie d’on ne sait où d’ailleurs) qu’il kiffe davantage parce que c’est une Princesse et en plus elle est valide.

Le mariage est célébré sur un bateau et La Petite Sirène a grave le seum. Là, ses sœurs Sirènes apparaissent pour lui dire qu’elles ont trouvé un moyen de la sortir de cette situation moisie.

Elles ont vendu leurs cheveux à la sorcière pour avoir une solution : tout ce que La Petite Sirène a à faire c’est de tuer le mec toxique euh… le Prince – pardon – avec le poignard donné par la sorcière (c’est un meurtre symbolique, bien sûr…)

Si elle tue le Prince, elle récupérera sa queue de poisson, sa voix et sa vie d’avant à festoyer dans la mer avec ses sœurs.

Mais La Petite Sirène refuse de tuer le Prince. Elle l’aiiime trop ! Quand t’aime quelqu’un t’as pas envie de le tuer en réalité (sauf si tu es un homme [3]).

Elle préfère renoncer à ce plan et mourir.

Oui car à quoi bon vivre dans un monde où le mec que tu aimes ne te calcule pas, où il faut souffrir pour être presque valide, où les femmes handicapées sont invisibles et où on considère qu’une femme n’existe pas sans homme ? Hein, à quoi bon ?!

La Petite Sirène meurt. Elle devient… « un peu d’écume sur la mer » et rejoint « les filles de l’air » (un escadrons d’anges féminins en galère qui s’est fait avoir par les hommes).

FIN

Ma version vous a pas mal plu sur twitter. J’en suis ravie. Ça me fait chaud à mon cœur de Sirène, je vous le dis ❤

Bon, ok, elle n’a peut-être pas emballée tout le monde…

Capture du tweet du 5 juillet 2019 d’un grand fan : « Nul. Faut avoir accumulé beaucoup de haine pour voir les contes de cette manière. »Mais merci aussi pour ce message parce que j’ai vraiment ri.

 

NOTES

[1] Dans le conte la sorcière lui coupe même la langue. C’est bien plus cruel que dans la version édulcorée au Kärcher de Disney.

[2] C’est limite le truc le plus incompréhensible du conte. La Petite Sirène ne sait pas écrire, ne pratique pas la langue des signes, n’a pas l’idée de bouger les bras, les mains, ou de faire un pictionnary pour exprimer ce qu’elle ressent – Non. Nada – alors que le temps presse. Pour Andersen quand tu ne parles pas, tu ne peux pas communiquer. Il n’était pas très informé le mec.

Mise à jour : quelqu’un m’a fait remarquer qu’elle tente une danse de l’amour à un moment. Trop subtil pour le Prince, trop subtil…

[3] Les hommes, eux, tuent pour de vrai pas symboliquement et par amour, il paraît.

 

Publicités